Études de nos programmes d’apprentissage

Les programmes d’apprentissage de Dybuster ont été testés avec succès dans plusieurs études scientifiques. Les études ont montré une réduction moyenne des erreurs de plus de 30% après 12 semaines de formation. Pour Calcularis, ils ont montré une moyenne de 30 à 45 % plus de tâches de calcul correctement résolues en fonction des types de tâches examinées (tâches de calcul des nombres, addition, soustraction, etc.). De plus, les études ont montré une diminution de l’anxiété en mathématiques. Le temps de formation dans les études Calcularis a varié entre 6 et 12 semaines.

Cette page vous donne un aperçu des études réalisées, de ce qu’elles ont examiné et éclairé et des résultats détaillés.

Nous n’énumérons que les publications qui ont fait l’objet de révisions par les pairs à l’échelle internationale, ce qui constitue le niveau de publication le plus élevé pour les publications scientifiques. Les publications sont protégées par le droit d’auteur et appartiennent à l’éditeur qui les a publiées. C’est pourquoi nous ne sommes malheureusement pas autorisés à offrir la plupart des publications directement au téléchargement. Nous vous demandons votre compréhension.

Efficacité d'Orthographe Dybuster

OrthographStudie_2007

Computer-based multisensory learning in children with developmental dyslexia

Kast M., Meyer M., et al., 2007, Restorative Neurology and Neuroscience 25

Cette première étude de Dybuster a examiné si la formation visuelle et auditive de Dybuster pouvait fondamentalement aider à renforcer les capacités orthographiques - à la fois chez les enfants dyslexiques et non dyslexiques. Dans l'étude, donc, les deux groupes d'enfants, avec et sans LRS ont suivi la formation, la moitié des enfants avec LRS, l'autre moitié sans LRS au cours du printemps, tandis que l'autre moitié faisait une pause au printemps et suivait la formation en l'automne, lorsque le premier groupe faisait une pause. La durée de la formation était de 12 semaines chacune. Les enfants s'entraînaient quatre fois par semaine pendant 15 à 20 minutes.

L'amélioration a été mesurée sous la forme d'un test de mots sur papier et au crayon avec des mesures avant et après. Les enfants qui n'ont pas terminé la formation Dybuster n'ont guère progressé (0-9%). Les enfants qui ont suivi la formation au printemps ont obtenu une amélioration de 19-35%. Les enfants qui ont suivi la formation en l'automne ont obtenu une amélioration de 27-35% en orthographe. Les enfants avec et sans LRS ont bénéficié de la formation, l'amélioration étant plus prononcée chez les enfants avec LRS. Les chercheurs ont souligné en particulier que les enfants ayant suivi la formation se sont également améliorés dans l'orthographe des mots non appris, de sorte qu'un effet de transfert a pu être mesuré de l'ordinateur vers le papier et le crayon, d'une part, et des mots étudiés vers les mots non étudiés, d'autre part.

La différence entre les enfants qui ont suivi la formation et ceux qui n'ont pas suivi la formation est significative, avec une efficacité allant de moyenne à grande.

Voir la publication chez l'éditeur
OrthographStudy_2011

Computer-based learning of spelling skills in children with and without dyslexia

Kast M., Baschera G.-M., et al., 2011, Annals of Dyslexia

Cette étude a examiné si d'une part, une version révisée de Dybuster Orthographe permettait d'obtenir de plus grands progrès et si l'amélioration de l'orthographe pouvait être attribuée à une meilleure compréhension phonologique. Afin de mieux comprendre quels facteurs sont en outre pertinents pour la réussite de l'apprentissage, les capacités cognitives, l'attention et la mémoire verbale ont également été analysées. Comme dans les études précédentes, les enfants avec et sans dyslexie/LRS (voir ci-dessus) ont à nouveau suivi une formation, les enfants étant répartis dans une première et une deuxième phase de formation et à raison de 3 à 4 fois par semaine pendant 15 à 20 minutes pendant 12 semaines.

L'étude a montré que la version révisée a permis d'obtenir un progrès d'apprentissage de 154% par rapport à l'ancienne version. En particulier, elle a montré que les élèves étaient capables de réduire de manière significative le nombre d'erreurs dans le mappage des graphèmes et des phonèmes, de sorte que les auteurs concluent que Dybuster Orthographe renforce efficacement la compréhension phonologique. Cette réduction du nombre d'erreurs dans le mappage des graphèmes et des phonèmes a été démontrée tant chez les enfants avec LRS que chez les enfants sans LRS.

La capacité de concentration n'a pas eu d'influence mesurable sur les progrès. En particulier, les enfants à faible capacité de concentration ont également bénéficié de l'environnement d'apprentissage structuré d'Orthographe.

Voir la publication chez l'éditeur

Calcularis - Testé et éprouvé dans les détails

A notre connaissance, Calcularis est le logiciel de formation en mathématiques le plus complet au monde. Nous sommes fiers de vous présenter quelques-unes de ces publications.

MentalNumberLineStudie_2011

Mental number line training in children with developmental dyscalculia

Kucian K., Grond U., et al., 2011, NeuroImage

Cette étude visait à montrer avec une version antérieure de Calcularis que la formation sur ordinateur pouvait améliorer le développement neurologique du traitement des nombres, en particulier son automatisation. La version antérieure consistait en un jeu national actuel et entraînait ainsi l'idée d'espace numérique et de transcodage sur l'échelle numérique. Les deux groupes d'enfants, avec et sans dyscalculie ont suivi la formation, à raison de cinq fois 15 minutes par semaine pendant 5 semaines (seulement !).

Avant la formation, immédiatement après la formation et quelques mois plus tard, des scanners IRMf ont été utilisés pour prendre des images du cerveau des sujets afin de mesurer les modifications de l'activité cérébrale. Chez les enfants atteints de dyscalculie, il était visible avant la formation que les régions postérieures du cerveau, censées automatiser ll'échelle numérique, étaient moins actives que chez les enfants ne présentant pas de dyscalculie, tandis que les régions antérieures devaient être excessivement actives, comme prévu en raison des modèles de développement neuronal. Après la formation, on pouvait constater une augmentation de l'activité dans les zones postérieures, les régions spécialisées du cerveau et une diminution de l'activité dans les régions antérieures du cerveau. On peut en conclure que la spécialisation neuronale et l'automatisation du traitement des nombres ont été initiées par la formation.

Mit dieser Studie wurde zum ersten Mal überhaupt gezeigt, dass ein Training mathematischer Fähigkeiten zu neuroplastischen Veränderungen führen kann. Dieser Erfolg motivierte dann die Entwicklung des heutigen Calcularis.

Voir la publication chez l'éditeur
CalcularisErsteStudie_2013

Design and evaluation of the computer-based training program Calcularis for enhancing numerical cognition

Kaeser T., et al, 2013, Frontiers in Psychology

Cette publication présente les concepts de Calcularis (adaptation de l'utilisateur, apprentissage multisensoriel, modélisation du processus de développement neurologique) et présente les résultats de la première étude. L'étude devrait montrer si les élèves étaient capables de mieux résoudre les opérations de base de l'addition et de la soustraction et si la réussite de l'apprentissage différait entre une formation de 6 ou 12 semaines. Les enfants s'entraînaient donc à raison de 3 à 4 fois par semaine pendant 15 à 20 minutes et pendant 6 ou 12 semaines.

La formation a été extrêmement bénéfique aux enfants. La formation d'une durée de 12 semaines a été rentable comparativement à la formation de 6 semaines. Après la formation (12 semaines), les enfants ont résolu des exercices sur l'échelle des nombres avec une précision moyenne d'environ 30%, alors qu'ils étaient capables de résoudre correctement une moyenne de 30% (exactement 29,9%) de plus dans les exercices d'addition et 45% de plus dans les exercices de soustraction.

L'amélioration dans les exercices de soustraction a été plus importante que dans les exercices de soustraction, car la personnalisation de Calcularis en fonction de l'utilisateur a fourni plus d'exercices de soustraction, la soustraction étant généralement plus difficile pour les enfants. L'étude a ainsi pu montrer que Calcularis proposait automatiquement plus d'exercices sur les sujets qui nécessitent une plus grande formation.

Lire la publication Frontiers (anglais)
MathAnxietyStudy_2015

Calcularis - Evaluation of a Computer Based Learning Program for Enhancing Numerical Cognition for Children with Developmental Dyscalculia

von Aster M., et al, 2015, AACAP

Le but de cette étude était de déterminer si de jeunes enfants dans des périodes de développement précoces de dyscalculie pouvaient améliorer leurs capacités numériques individuellement pour les-quelles ils ont besoin du plus de soutien grâce à Calcularis. De plus, l'étude cherchait à savoir si la peur de la mathématique pouvait se réduire grâce à la formation avec le programme. En 6 se-maines, les enfants de 7 à 10 ans ont travaillé sur une période relativement courte. Par contre, ils ont réussi cinq unités d'apprentissage par semaine à 20 minutes au lieu de trois à quatre unités de 15 à 20 minutes.

L'étude a démontré que les enfants souffrant de dyscalculie/faiblesse de calcul ont amélioré nota-blement le traitement numérique et les additions ainsi qu’en particulier les soustractions. L'étude démontre une baisse significative de la peur des maths.

Lire l'affiche et le résumé
StudieZahlenstrahl_2016

Evaluation of a Computer-Based Training Program for Enhancing Arithmetic Skills and Spatial Number Representation in Primary School Children

Rauscher L., et al, 2016, Frontiers in Psychology

Les auteurs de cette étude ont laissé travailler un tiers des testeurs avec Calcularis et un tiers avec Orthograph en tant que groupe de contrôle pendant qu’un autre tiers servait de groupe de contrôle de réserve. La comparaison des améliorations des capacités mathématiques entre les groupes Calcularis et Orthograph a démontré quelles améliorations résultaient, au mieux, rien que suite à l’utilisation d’un programme d’enseignement informatique qui ne pratique pas de façon spécifique les mathématiques. Le test a duré 6-8 semaines avec minimum 24 unités d’apprentissage de 20 minutes chacune.
Cette publication décrit les effets immédiats et à long terme de Calcularis. Les enfants de cette étude travaillaient cinq jours par semaine pour 20 minutes par session pendant une durée de 6-8 semaines, au total au moins 24 fois. Les progrès ont été comptabilisés immédiatement après le test ainsi que dans un «follow-up » test cinq mois après le premier test.

Les résultats démontrent, comme dans les études précédentes, des progrès significatifs du groupe-test Calcularis par rapport au groupe de contrôle, surtout en ce qui concerne les
soustractions (voir image de gauche) et la représentation spatiale des chiffres. Cinq mois après la finalisation du test, on a constaté un niveau de performance stable pour les performances mathé-matiques ainsi que pour la représentation spatiale des chiffres qui est resté constant. De fait, Calcu-laris n’entraîne pas seulement une amélioration de courte durée, mais permet aux élèves de cons-truire sur leurs réussites.
Le groupe test Calcularis a démontré par rapport au groupe test de réserve et au groupe test des progrès plus importants concernant les fonctions et les exercices de soustractions avec des effets moyens à importants. Alors que le groupe test par exemple s’est à peine amélioré en ce qui con-cerne le calcul mental en soustraction ou même avec 1,7% en moins d’exercices résolus avec succès, a baissé au niveau des performances. Le groupe Calcularis a résolu correctement en moyenne 18% plus d’exercices. L’étude a donc pu prouver qu’il ne suffisait pas d’utiliser un pro-gramme d’enseignement par ordinateur, mais qu’il fallait utiliser un programme pour un domaine bien spécifique pour obtenir de bons résultats.

Lire la publication Frontiers
LLSTeil1_2017

Effets de Calcularis Training Partie 1 : Changements spécifiques à chaque domaine

Kohn, J. et al, 2017, Lernen und Lernstörungen

Cette publication décrit les effets à court et à long terme de Calcularis. Les enfants de cette étude ont travaillé cinq jours par semaine pour des séances de 20 minutes pendant une durée de 6-8 se-maines, soit au total au moins 24 fois. Les progrès ont été enregistrés immédiatement après le test ainsi que dans un « following-up» cinq mois après l’expérience.

Les résultats prouvaient comme pour les études précédentes une augmentation significative des performances du groupe test Calcularis par rapport au groupe de contrôle surtout pour les soustrac-tions (voir image de gauche) et la représentation spatiale des chiffres. Cinq mois après la fin du test, le niveau des performances mathématiques est resté stable et celui de la représentation spa-tiale des chiffres est également resté constant. Calcularis ne fournit pas uniquement de bons résul-tats à courts termes, mais permet aux élèves de construire sur leurs succès d’apprentissage.

Voir la publication chez l'éditeur
LLSTeil2_2017

Effekte des Calcularis-Trainings | Teil 2: Veränderungen psychosozialer Merkmale (publication allemande)

Kohn, J. et al, 2017, Lernen und Lernstörungen

Cette publication de la même étude que la publication partie 1 met en lumière l’influence de
Calcularis sur des particularités psychiques, la peur de la performance et l’autoévaluation des propres capacités. Elle cherche notamment à savoir si le programme Calcularis peut conduire à une amélioration quantifiable de ces caractéristiques.

Les essais avant la formation confirment un stress émotionnel plus important des enfants faibles en calcul. Les résultats concernant l’efficacité immédiate démontrent une nette réduction de la peur des mathématiques chez les enfants ayant travaillé 6-8 semaines avec Calcularis. De plus, les en-fants améliorent leur estime de soi et leur attitude envers les mathématiques et renforcent la con-ception cognitive de soi.

Cinq mois après la fin de la formation, une autre amélioration a été démontrée concernant des
caractéristiques socio-émotionnelles alors que les particularités psychiques sont restées stables. Les auteurs de l’étude en concluent donc que Calcularis peut être utilisé comme enrichissement bénéfique d’interventions thérapeutiques et pour des cours de mathématiques.

Voir la publication chez l'éditeur